Kill team ou One Page Rules, jouer ou ne pas jouer : telle est la question.

Kill team ou One Page Rules, jouer ou ne pas jouer : telle est la question.

28 décembre 2021 0 Par Elwood Bob

Bonjour à tous,

Cette semaine, une fois n’est pas coutume, un article de réflexion. Ou plutôt d’opinion et de ressenti. Cette semaine, je vais vous parler de mon expérience de jeu sur deux systèmes d’escarmouche à savoir Kill Team et One Page Rules.

Le bon vieux plaisir d’une table de jeu pleine de figs et de décors !

Mes lecteurs les plus assidus le savent, je joue très peu aux figurines. Une courte expérience de Warhammer Battle à l’époque de la V6, 4 ans sur le Seigneur des Anneaux entre 2001 et 2005 et après plus rien jusqu’en 2018 où je me suis laissé tenter par la sortie de Kill Team 2018. Je préfère peindre ou faire du modélisme que monter et peindre des armées entières. L’escarmouche me paraissait alors une bonne idée : moins d’investissement temps/figurines, des parties plus courtes (nécessaire car vie de famille/travail/vie social/autres hobbys) et le plus importants, des partenaires de jeux. En effet, même si j’aime bien l’univers de 40k, ce n’était pas ma préférence (Aaaaahhhh Mordheim et Battle !) mais celui de mes partenaires de jeu.

Et voilà comment je me suis remis à jouer avec des petits bonhommes en plastique.

 

C’est ainsi que je découvre, en 2018, Kill Team (KT) 2018 qui nous occupera pendant près de trois ans avec de nombreuses parties et deux campagnes narratives. Beaucoup d’heures de fun et de jeu. KT a été une vraie redécouverte du jeu de figurines. Toutefois après de nombreuses parties, le plaisir a disparu pour laisser place à la frustration. En effet, KT 2018 possédaient, à nos yeux, de nombreux défauts qui devenaient de plus en plus insupportables au fil des parties et tuaient le plaisir de jeu. Problème d’équilibrage très important d’une team à l’autre dû au fait que les profils étaient calqués sur 40k ; une phase de moral peu efficace et terriblement punitive pour les teams populeuses ; une pseudo-alternance rendant l’initiative du déplacement étrange (j’ai l’initiative pour le déplacement, l’adversaire se planque ensuite en conséquence et quand je dois ensuite tirer, je suis marron. Pas cool l’initiative.) ; trop de sous règles complexifiant terriblement le jeu pour pas grand-chose (des dizaines de tactiques souvent inutiles, des règles spécifiques à chaque figurines, teams et sous-factions, même après des dizaines de parties, on oubliait encore des règles spécifiques) ; un système d’expérience et de campagne complètement bancale. Bref, tout ça pour dire qu’on ne prenait plus plaisir sur ce système. Nous avions même élaboré des règles maisons pour essayer de corriger ces défauts et relancer (un temps) le plaisir de jeu.

Une nouvelle édition qui donne envie !

Et alors que nous nous lassions du jeu, arrive l’annonce de Kill Team 2021. Nous prenons notre mal en patience et fondons de gros espoirs sur cette itération (trop peut-être). Et ainsi, il y a 4 mois, je mets la main sur la boîte Octarius et nous découvrons ce nouveau Kill Team. Indéniablement, c’est un bon jeu et un très gros progrès par rapport à la version 2018. Un vrai système d’alternance, des règles beaucoup plus simple (même si le truc des lignes de vue est… particulier), moins de tactiques (donc plus efficace et moins inutiles que des dizaines redondantes), un système de campagne qui a l’air plus poussé et de bien tenir la route (à l’air, car nous ne l’avons pas testé). Mais très vite la frustration est de retour. Avions-nous mis trop d’espoir dans cette édition ? Peut-être…

Cette frustration nous l’avons identifié par rapport à nos désirs de jeu. Tout d’abord un système trop létal. Sur les quelques parties jouées, si les figurines n’étaient pas parfaitement positionnées/planquées les premières salves de tirs étaient destructrices. Il n’a pas été rare de perdre la moitié d’une team dès la fin du tour 1. Tour 2, les parties étaient déjà jouées, les premiers corps-à-corps, achevant les survivants. Même pas le temps de déployer une vraie stratégie sur le terrain et d’aller chercher les objectifs. 3 de nos 4 parties se sont terminées avant même le tour 4… Ne parlons même pas de la possibilité de monter une stratégie pour réaliser les objectifs secondaires, ça tenait plus du petit bonheur la chance de les accomplir. Autre grosse frustration, la composition des teams (et apparemment leur manque d’équilibrage pour l’instant). L’absence de valeur en point et le fait de piocher dans 2-3 options de fireteams limite énormément le choix de troupes par rapport à KT 2018. Nos teams ne sont, pour la plupart, plus compatibles dans cette version et les options de personnalisation pour du narratif (mode de jeu que l’on aime) s’en retrouvent très limitées. De plus, les teams spécialistes (dont on sent qu’elle constitue le vraie cœur du jeu) sont encore en court de parution. On perd de la très grande richesse de l’univers de Warhammer 40 000. Pour résumer, un bon jeu mais dont on sent la rigidité et le côté « bêta-test » de la part de Games Workshop d’un nouveau système qui n’est pas dans leurs mécaniques habituelles.

Y a pas… Cet univers en jette !

Toujours frustré, je continuais de chercher un système de jeu qui me permettrait de faire ce que je souhaite vraiment. C’est-à-dire de l’escarmouche en campagne narrative avec un système d’expérience pour donner un petit aspect jeu de rôle et explorer les possibilités d’un univers. En fait, le graal que constituait Mordheim en son temps et qui constitue un idéal que je recherche dans la figurine (bien que n’y ayant jamais joué. C’est paradoxale). Dans ma recherche, cela faisait quelques temps que j’entendais parlé du système One Page Rules (sur Planet Wargame notamment). Et parallèlement à l’arrivée de KT 2021, je me penchais sur l’affaire. One Page Rules (OPR) est un système de jeu sans figurine et gratuit, décliné en plusieurs itérations. Age of Fantasy pour l’équivalent de AoS, Age of Fantasy Skyrmich pour un équivalent Mordheim/Warcry, Age of Fantasy Régiments pour un équivalent Warhammer Battle/Kings of War, Grimdark Future pour l’équivalent Warhammer 40 000 et Grimdark Future Firefight pour l’équivalent Kill Team/Necromunda. C’est ce dernier que j’ai retenu. Sur le papier, le jeu me plait et je convaincs mes partenaires de jeux de faire 2-3 parties pour tester le truc. 

One Page Rules où comment jouer aux univers Games Workshop avec de vraies règles équilibrées (en tout cas, c’est le désir de la communauté qui a élaboré ces règles).

Et là, c’est la révélation ! Nous avons adoré. Une alternance complète, des règles extrêmement simples (mais pas simplistes) et rapides, des objectifs secondaires, des évènements, des stratégies, et même un petit système de campagne pas mal fait (mais à enrichir peut-être). La présence de codex permettant de faire des teams absolument sur mesure avec toutes les possibilités de troupes que compte l’univers 40k. Le jeu est très rapide (même sans trop connaître les règles, nos parties n’ont jamais dépassé 1h15-1h30), létal mais pas trop, on peut réellement jouer les objectifs et planifier de vraies mouvements sur le terrain sans se faire tirer comme des lapins en un seul tour et un système qui semble être vraiment équilibré (même si la perfection n’est pas de ce monde et qu’il y a toujours des défauts).

Les différentes itérations de One Page Rules.

Et c’est en jouant que nous nous sommes rendus compte d’une chose. OPR et KT 2021 se ressemblent énormément (trop peut-être ?) ! Une alternance de phase complète avec un nombre d’action par unité, des attaques avec un nombre de dés définis par l’arme portée, des dés de défense pour y faire face avec un seuil défini par la valeur de la figurine, la possibilité de se mettre à couvert pour mieux se protéger (dans les règles complètes), des mouvements fixes selon déplacement de base ou charge/course, des objectifs secondaires, des tactiques, des règles spécifiques pour chaque figs/factions pour leur donner du caractère (mais pas trop pour garder la simplicité), des parties en 4 tours. Bref, le cœur des règles des deux jeux est très très très similaire. Sachant qu’OPR existait plus d’un an avant KT 2021, ça me donne (personnellement) l’impression que GW a repris le système OPR et l’a personnalisé avec ses options (règles spé de 40k, couvert lourd/léger/promontoire, tactiques propres, fireteams figées) et avait « cassé » la dynamique du jeu et son équilibre au passage. Après ne jetons pas la pierre non plus à GW, car beaucoup des règles annexes d’OPR proviennent visiblement de KT 2018. Donc chacun récupère un peu de l’autre. Tout ça pour dire que Grimdark Future Firefight et KT 2021 sont vraiment (et étrangement) proches dans leur mécanique mais qu’à mon goût Grimdark Future Firefight comporte la liberté de jeu et de customisation qui fait défaut à la nouvelle itération de Kill Team.

Vous l’aurez compris. Nous sommes complètement séduit par le système de One Page Rules et je sais qu’à l’avenir c’est le système avec lequel nous jouerons nos parties. Je vous invite très vivement à l’essayer pour vous faire votre propre opinion sur ce jeu que je trouve superbe ! D’autant que le cœur des règles est libre et gratuit (avec une petite communauté qui bosse sur la traduction en français) et si cela vous plait, la version complète (actions supplémentaires, règles de terrains, tactiques, objectifs secondaires, coups critiques et d’autres) est accessible pour une somme très modique.

Vous trouverez le site de One Page Rules et toutes ces règles en VO ici.

Et pour l’accès aux règles dans la langues de Molière, vous pouvez voir ici.

Si vous recherchez des règles simples, rapides, modernes, équilibrées et stables (pas de modifications de codex tous les mois), vous ne pourrez rester insensible à One Page Rules et vous y découvrirez une vraie boîte à outils customisable à souhait pour toutes vos parties de jeu, quelque soit l’univers.

A bientôt et continuez de faire rouler les dés !