[Tuto] Donner une identité à sa figurine avec un nom sur le socle.

[Tuto] Donner une identité à sa figurine avec un nom sur le socle.

10 novembre 2019 0 Par Elwood Bob

Bonjour à tous,

Cette semaine, une fois n’est pas coutume, je vous fais un petit tuto sur l’une des manières d’ajouter un nom sur le socle de votre figurine. En effet, il est sympathique, pour certains jeux, d’identifier ses figurines. C’est en tout cas ce que je voulais pour mes figurines Kill Team. En effet, pour moi ce jeu pousse à la personnalisation de sa troupe, à nommer chaque personnage, à leur donner un vrai fluff et les faire progresser au cours de campagnes. Et ceci peut être le cas pour des jeux comme Necromunda ou, hors Games Workshop, une team Inifinity par exemple ainsi que d’autres jeux un peu spécialistes. Je me suis posé la question longtemps sur comment faire cela avec un beau rendu et facilement à l’échelle de plusieurs figurines. Je vous partage donc le fruit de mes recherches sur le sujet et la méthode que j’ai choisie, comme on peut le voir sur mes derniers articles, ici, ici et .  Je ne serrait pas exhaustif dans cette article sur tous les moyens de mettre un nom sur un socle, mais je partage plusieurs idées et un tuto pour l’une d’elle.

 

Les différentes méthodes pour réaliser un nom sur un socle.

Le peindre à la main

1ère méthode, tout à l’huile de coude !

Méthode la plus rapide, la plus simple à mettre en oeuvre qui convient à tout type de socle et ne coûte strictement rien. Il s’en est fallu de rien que ce soit celle que j’adopte. Oui mais voilà le problème, elle demande tout de même un certain talent si l’on veut arriver à un rendu honorable et qui ne fait pas honte. Or, je me connais. Je n’aurai jamais réussi à peindre une typo bien droite, équilibrée, centrée, de taille identique et ceci sur tous les socles de la Team pour que le rendu soit harmonieux. Ça m’a fait trop peur et j’ai donc décidé de chercher autre chose.

A noter que l’on peut écrire le nom sur le socle avec de stylo marqueur à pointe fine, style Rotring. Cela peut être un peu plus facile pour écrire. Mais bon, globalement même problème qu’au pinceau pour l’équilibre de la typo.

 

Sculpter un cartouche de nom

Cartouche sculpté à la feuille de plomb.

Cartouche sculpté à la Green Stuff.

Deux méthodes différentes mais à la même finalité. J’ai trouvé ces méthodes sur le site Drakkar-Models où l’auteur propose d’excellents tutos pour réaliser ces cartouches. Il présente aussi une méthode en plaquette de plastique pour des socles de présentation ou carré. Le rendu est super, mais se posait le même problème que dans la première solution. A la fin, la finition se fait en peignant le nom à la main. Et j’étais sûr de ne pas avoir une écriture identique sur chaque socle… Donc je passe à autre chose.

 

Modèles pré-fait et impression 3D

3ème méthode : l’impression 3D. Le résultat est juste sublime !

Nous sommes dans l’air de la modernité et les outils tel que l’impression 3D fournit des solutions spectaculaires à certains problème, notamment dans le domaine de la figurine. Ainsi on peut aujourd’hui imprimer en 3D des cartouches avec des noms personnalisés à coller sur ses socles de figurines. Le résultats est parfait et en impose ! Le top ! Mais là encore problèmes : encore faut-il posséder une imprimante 3D, trouver ou concevoir les modèles 3D pour l’impression, modifier ceux existant qui ne nous conviendraient pas ou ne seraient pas aux bonnes dimensions du socles. Et là ce n’est pas à la portée de tous… Pour palier à ces soucis, le site Versatile Terrain propose de l’impression à la demande, sur 2 modèles différents avec des tarifs conçus en fonction de la taille du socle et du nombre de lettres demandées. N’ayant pas l’accès à une imprimante 3D, j’ai failli opter pour la solution Versatile Terrain au résultat impeccable. Mais une fois chiffré le coût pour toutes mes figurines de mes 4 Kill Teams, je me retrouvais à plus d’une centaines d’euros (et plus cher que ce que m’ont coûté mes Teams essentiellement composées d’occasions) ! Autant le faire pour 2-3 socles, le tarif s’absorbe bien, autant dès qu’on veut le faire sur une vingtaine de figurines, le chiffre devient trop conséquent à mon goût… Allez, on cherche encore une autre technique !

 

Le nom imprimé sur papier

C’est, au final, la technique que j’ai choisie car j’étais ainsi sûr d’obtenir un résultat fiable, élégant et peu onéreux (disposant d’une imprimante, cela m’a simplement coûté le prix d’un rouleau de scotch double-face). Autant, si elle est hyper simple à réaliser et à appliquer sur un socle carré ou un socle de présentation ; sur socle rond, avec la courbure du socle, ça demande un peu plus de technique. J’ai trouvé cette technique sur le forum Reaper Mini présentée par Jordan Peacock. Vous pouvez en voir le résultat sur mes derniers articles et je vous détaille la méthode en français par moi-même ci-dessous.

 

Etape 1 : Faire des gabarits

Le premier problème que l’on va rencontrer : les socles sont ronds et en biseau. Il n’y a donc pas le même diamètre en haut et en bas. 

Le diamètre est différent en haut et en bas ! Il faut prendre des mesures pour courber le texte !

Si on imprime un texte droit et qu’on l’applique dessus, le texte va sortir du socle car il ne suivra pas la courbe dessinée par le socle. Il faut le courber pour qu’il suive le socle. Et pour savoir de combien on doit le courber, il faut un gabarit pour nous guider. 

On prend son gabarit en plaquant proprement une feuille (ou encore mieux la partie collante d’un post-it) sur le socle (sans fig dessus c’est plus facile à manipuler. Là, il y a une fig juste pour la photo d’illustration. Je n’avais plus de socle libre).

Le gabarit est réalisé sur une feuille de papier ou avec la partie adhésive d’un post-it, plaquée sur le socle (plus facile pour dessiner les limite avec la partie collante du Pos-it). Même sur un socle carré cette étape est importante car elle va nous donner la longueur et la hauteur disponible, même si, dans ce cas, on se fout de la courbure.

 

Etape 2 : Scanner les gabarits

Les gabarits sont scannés et importés dans un logiciel de traitement d’image et de texte.

Une fois mes gabarits découpés, je les colle sur une feuille que je scanne. Puis j’importe le scan dans un logiciel dans lequel je peux rentrer du texte et le transformer. On peut faire ça sur Photoshop ou, plus basiquement, je me suis servi de Powerpoint. Il faut faire attention à cette étape à ce que les dimensions entre le scan et l’importation dans le logiciel ne soient pas altérées pour qu’à l’impression, on retrouve bien les dimensions des gabarits réels. Pour ma part je n’ai pas eu de soucis. Un scan en paramètre basique simplement importé dans Powerpoint m’a conservé les dimensions à l’impression.  

 

Etape 3 : Ecrire les noms et les courber.

Maintenant, on tape le nom de son personnage et on courbe le texte avec des outils de déformation.

Là, cela peut-être une étape très longue. Et pour cause ! Il faut choisir un nom à votre personnage ! (Et ça peut-être, très, très long…). Une fois choisi, on sélectionne une police de texte qui nous plait et qui soit bien lisible (favorisez les formes bien nettes, pas trop fine, les majuscules et un style Bold (gras)). Une fois tapé le nom, on recourt aux outils de déformation du texte du logiciel choisi pour que le texte suive bien la courbure du gabarit. 

 

Etape 4 : Faire un fond.

On met un fond derrière les noms.

Dans cette étape, on choisit une couleur de fond à mettre derrière les noms (Là, j’ai fait plusieurs noms d’un coup, toute ma Team en fait, pour ne pas avoir à imprimer les noms un par un (économie, économie)). Mes socles étant de base noire, j’ai choisi du noir. Mais libre à vous de choisir une autre couleur, ou pourquoi pas une texture type parchemin ? Lâchez-vous, si c’est moche, il sera toujours temps de revenir à l’étape précédente. C’est la magie de l’informatique et de son Ctrl+Z ! Une fois que vous êtes satisfait, vous pouvez imprimer vos noms.

 

Etape 5 : Découpage.

Pour cette étape, il vous faudra du matériel, à savoir des ciseaux et du scotch double-face.

Le seul truc dont vous aurez besoin à part l’imprimante.

L’étape suivante, niveau maternelle. On découpe le nom et on colle un morceau de scotch derrière.

Donc là, étape de haute technicité, le découpage ! En deux fois, d’abord bien large pour appliquer le scotch (image ci-dessus) puis en découpant au plus près du texte (image ci-dessous).

On découpe au plus près du texte pour être sûr de bien rentrer dans les dimensions du socle.

La deuxième découpe au plus proche du texte doit vous permettre de revenir au dimension de votre gabarit. Cette étape est délicate pour deux raisons. D’abord, il ne faut pas se précipiter pour couper selon la courbure sans qu’un coup de ciseaux malheureux ne déchire le nom (Riez mais un moment j’ai voulu aller vite et j’ai bousillé une lettre !). Deuxièmement, il faut effectuer l’opération sans mettre les doigts sur le texte ! Car si comme moi vous avez une imprimante de qualité moyenne, vous aurez très vite fait de faire bavez l’encre avec le gras/sueur d’un pouce aux mains moites ou de créer des marques sur l’impression !

 

Etape 6 : Collage.

La magie du scotch double-face à l’oeuvre !

La difficulté, mettre le texte bien droit et bien au centre (mon appareil photo de m… déforme l’image en gros plan. Regardez la police d’écriture avec les lettres énormes au centre et petites aux extrémités… Du coup je vous assure que oui, ça n’a pas l’air, mais le nom est bien centré !).

Etape simple mais qui demande un peu de précision. Il faut bien centré le nom en le collant avec le scotch. Là encore ne pas passer ses gros doigts sales dessus pour ne pas abîmer le texte ! J’ai bien lissé en faisant délicatement rouler un manche de pinceau le long du socle.  J’ai opté pour le scotch à double-face car je me disais qu’une colle, quelle qu’elle soit, aurait imbibé le papier et potentiellement créée des vaguelettes du papier au collage sur le socle ou marquée/tâchée le papier. 

 

Etape 7 : Finissions.

Bordure repeinte en noir et le tout passé au verni. (Encore une fois l’appareil photo déforme l’image. En vrai c’est droit et nickel).

Pour les finissions ; après découpage le blanc du papier apparaît sur les bordures. On masque tout ça avec un petit coup de peinture noir en faisant très attention de ne pas déborder sur le texte. On termine avec un coup de vernis (car c’est une figurine de jeu, ça protège et surtout ça fixe l’impression en la protégeant pour ne pas griffer le papier et protéger le scotch des infiltrations de saletés pour faire en sorte qu’il ne se décolle pas). Pour ma part, mes premiers socles sont ainsi fait depuis 3 mois et quelques parties au compteur et, pour l’instant, rien n’a bronché !

 

Et voilà pour une technique simple et pas cher pour mettre des noms d’allure impeccable sur vos socles de figurines et donner de l’identité à celles-ci !

A bientôt et continuez de faire rouler les dés !